NAVIGATION

Rappel gratuit

VENTE
EN LIGNE
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Fiches NAC: La consultation de l'iguane

Fiches NAC: La consultation de l'iguane

Le 17 février 2016
Fiches NAC: La consultation de l'iguane

 

Que ce soit pour une simple consultation ou bien pour résoudre un problème, les propriétaires d’iguanes sont parfois amenés à venir chez moi pour consulter leur animal.
 

De par mon expérience en ce domaine, je vous livre ci-dessous quelques conseils utiles aussi bien pour les néophytes que pour les possesseurs plus expérimentés.
Dans mon cabinet vétérinaire, je suis amené à recevoir aussi bien des chiens et des chats qu'à consulter les NAC (pour en savoir plus, cliquez sur ce lien).

 

 

Comment maintenir mon iguane en bonne santé ?

 

Une des grandes règles pour l'établissement d'un terrarium est la simplicité et l'hygiènealliées à beaucoup de bon sens.

 

L'iguane est un reptile diurne herbivore, arboricole qui peut atteindre une grande taille jusqu'à 1,80 m et 10 kg). Il vit dans les forêts tropicales humides à proximité de points d'eau, à des températures voisines des 28‑30 °C. Sous nos latitudes, il convient de le maintenir en terrarium, afin de recréer des conditions de température et d’humidité constantes et proches de celles de son milieu naturel.

 

Que lui donner à manger ?

 

L'iguane est un animal presque exclusivement végétarien:

 

Les jeunesont un régime principalement herbi­vore, mais ils se nourrissent aussi d'insectes, de limaces et de vers.

Adulte, il est herbivore et ingère une grande variété de fruits, de plantes fraîches et de fleurs.

 

 

En captivité, l'iguane devient volontiers omnivore.

 

Sa ration doit contenir de 25 à 28 % de protéines pour les juvéniles et de 15 à 20 % pour les adultes, moins de 10 %de matières grasses et au moins 10 % de fibres brutes (pourcentages exprimés par rapport à la matière sèche)

 

L'apport de croquettes permet de respecter ces apports (vers de farine, insectes).

Les jeunes iguanes ont un besoin accru en protéines.

Leur croissance est meilleure avec un apport supplé­mentaire de viande et de farine d’os au régime fruit et légume de base.

 

Les vitamines A, B1, C, D, E sont indispensables.

 

 

La distribution des repas

 

Un repas quotidien est suffisant, distribué tôt le matin, car l'iguane mange essentiellement le jour.

 

L'adulte a une nourriture variée: feuilles (laitue, scarole, mâche, cresson...), trèfle, fleurs (pommiers pissenlit), fruits (banane, raisin, tomate...).

 

L'apport minéral et vitaminique

 

Pour prévenir un déséquilibre minéral vitaminique et phospho‑calcique de la ration, un complément minéral vitaminé pour reptile ou oiseau est apporté.

Une à deux fois par semaine, des croquettes pour chienréduites en poudre apportent les protéines qui manquent dans les fruits et les légumes.

Les croquettes pour chiot ou pour chat ne conviennent pas car elles sont trop riches en protéines, en matières grasses et trop pauvres en fibres.

 

 

Comment maintenir mon iguane pour que le vétérinaire puisse le consulter sans risque pour lui ou mon animal?

 

La contention de l'iguane ne pose en général pas de difficulté malgré sa taille adulte impressionnante, ses griffes pointues, ses petites dents acérées et surtout sa queue, véritable fouet.

Sauf pour les jeunes iguanes de petite taille, un aide est toujours nécessaire.

 

Même s il n'y a pas d'autotomie volontaire chez les iguanes, il convient d'éviter de les prendre par la queue car elle peut se rompre.

 

Les jeunes iguanes, parfois très vifs, sont maintenus plaqués sur la table de consultation d'une seule main, ou des deux mains: l'une contrôle l'avant du corps, l'autre la partie postérieure et la queue.

L'iguane adulteest plaqué sur la table ou contre soi: une main tient fermement la queue et les membres postérieurs; l'autre main tient l’avant de l'animal et les membres antérieurs.

 

Pour des animaux très agités, on a recours, comme pour les oiseaux, à une serviette épaisse placée sur la tête de l'iguane.

 

En général, la température des animaux en consultation n'est pas optimale (transport, température ambiante de la salle de consultation) ce qui facilite l'examen clinique. Néanmoins, le refroidissement comme méthode de contention est à éviter en raison des risques de complications pulmonaires.

 

L’utilisation de la contention chimique (sédation ou anesthésie) n'est justifiée que sur des animaux très nerveux ou lorsqu’il est nécessaire d'intervenir chirurgicalement.

c